Go to Top

Fiscalité immobilière : comprendre son fonctionnement

Fiscalité immobilière

Au premier abord, avant de se consacrer à la réalisation des opérations immobilières, il importe de savoir toutes les subtilités de la fiscalité immobilière. En effet, ce sujet d’actualité ne doit pas être pris à la légère, il relève, surtout, une certaine prudence à l’égard des futurs porteurs des projets immobiliers.

L’imposition des revenus locatifs repose sur des grands principes

 Bien entendu, une parfaite maîtrise des grands principes des modes de prélèvement des impôts sur les revenus des biens immobiliers reste toujours indispensable pour tous ceux qui veulent bien s’adonner à l’investissement locatif dans un futur proche. Entre autres, prendre l’attache d’un professionnel qualifié dans le domaine de la fiscalité immobilière, à l’image d’un expert-comptable ou un avocat fiscaliste, s’avère nécessaire. En agissant de la sorte, il est permis d’avoir un meilleur accès à des informations relatives à des modalités d’application des prélèvements sur les revenus locatifs d’un bien. Pour plus d’infos, n’hésitez pas de naviguer sur ce site.

Modes d’imposition de la location vide

En effet, la loi des finances en vigueur prévoit des barèmes applicables dans le calcul des impôts des contribuables en fonction de leur profil. En premier lieu, dans la catégorie des locations vides, l’établissement du montant à défalquer est fonction du montant global du revenu du contribuable. Autrement dit, un revenu global locatif annuel inférieur à 15.000 euros autorise le choix du régime du micro-foncier. A ce titre, un abattement de 30% sur les revenus fonciers bruts est accordé et l’imposition repose uniquement sur les 70% restants. Pour des revenus locatifs annuels supérieurs à 15.000 euros, le régime réel est prévu pour le contribuable. En définitive, l’impôt de ce dernier est soutiré uniquement sur le résultat d’exploitation de l’activité en cours.

Régimes de la location meublée et dispositifs fiscaux

De toute manière, dans le cadre de cette forme d’investissement locatif, deux régimes bien distincts ont été réservés dans ce sens. Entre autres, le régime micro-BIC et le régime du réel simplifié en LMNP. D’une part, avec le bénéfice d’un abattement de 50% sur les revenus locatifs, le régime micro-BIC permet d’avoir une réduction d’impôt significative. Et, d’autre part, le régime réel simplifié en LMNP fait profiter, dans une certaine mesure, d’une exonération d’impôt sur les revenus locatifs. C’est ainsi qu’il apparaît comme le plus avantageux parmi les deux régimes de la fiscalité immobilière meublée. En outre, pour l’incitation des investissements locatifs à travers des logements neufs, des dispositifs fiscaux, à l’instar de la loi Pinel et la loi Censi-Bouvard, proposent des réductions d’impôts pouvant atteindre les 63.000 euros sur les revenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *