Go to Top

Location meublée non professionnelle : suivre un guide pour bien investir

Location meublée non professionnelle

Bon nombre de personnes s’intéressent de plus en plus à la location meublée non professionnelle. Bien que rentable, cette activité peut comporter certains risques si vous ne faites pas preuve de prudence. Voici un guide pour bien investir dans ce secteur de l’immobilier locatif.

Choisir le bon emplacement

Dans le cadre d’une location meublée non professionnelle ou LMNP, la première étape est de choisir le bon emplacement. Tout le territoire français n’est pas forcément favorable à un investissement immobilier. Si vous souhaitez obtenir un bon profit, orientez-vous vers la capitale. En effet, nombreux sont les locataires parisiens à la recherche d’un bien immobilier à louer. D’ailleurs, ils privilégient la location meublée non professionnelle. Pour trouver facilement un locataire, investissez dans un immeuble à proximité des arrondissements du centre, autour des universités ou des grandes entreprises. De plus, sachez que la demande en forte croissance de LMNP à Paris a l’avantage de réduire le temps d’inoccupation de votre bien entre 2 baux.

Puis, l’autre option est de se tourner vers Lyon, Montpellier ou Toulouse. Il s’agit des 3 meilleures villes étudiantes françaises de 2019. Les étudiants de passage sont toujours en quête de location meublée non professionnelle. Leur statut d’étudiant leur permet de profiter d’une caution parentale ou du dispositif VISALE, ce qui constitue un avantage non négligeable en matière de paiement de loyer. De plus, les baux étudiants se prolongent sur une durée de 9 mois et sont adaptés au roulement des groupes d’étudiants.

Pour finir, l’ultime option est de choisir entre Marseille et Bordeaux. Ces villes présentent une forte évolution des loyers à hauteur de 30 %. Ce taux représente une grande opportunité pour les investisseurs qui recherchent un revenu élevé dans le secteur de la LMNP. Vous pouvez néanmoins choisir Nantes ou Grenoble si vous préférez investir dans un bien immobilier de petite et moyenne surface. Pour obtenir davantage de conseils en matière de location meublée, rendez-vous sur le site www.periance-conseil.fr.

Choisir le mode de financement

La seconde étape est de bien choisir le financement de votre affaire. Le prix d’un bien immobilier repose en partie sur son emplacement et sa surface. Pour financer la location, la première option est de vous orienter vers les services bancaires. Dans ce cas, il faut vous assurer que le taux d’endettement futur ne doit en aucune manière excéder à 33 % des revenus imposables nets. Si vous choisissez cette option, privilégiez une institution bancaire locale qui connait sur le bout des doigts le marché de l’immobilier dans la zone concernée.

Une autre option est de choisir l’autofinancement. Dans ce cas, quelques conseils s’imposent. En premier lieu, choisissez un LMNP ancien qui s’avère plus rentable qu’un LMNP neuf. En cas de doute, sollicitez l’aide d’un chasseur spécialisée pour vous accompagner et vous conseiller dans vos démarches : déclaration LMNP, statut LMNP… Si besoin, demandez l’intervention d’un cabinet de conseil en gestion de patrimoine, d’un notaire et d’un courtier en crédit.

Pour mettre les chances de votre côté, demandez les services d’un professionnel afin de décorer et de meubler votre bien immobilier. Cette astuce peut attirer l’œil des futurs locataires et augmenter le loyer. Par ailleurs, il faut noter que les revenus locatifs dans le cadre d’une LMNP ancien ou neuf s’additionnent aux revenus professionnels du foyer fiscal. En tant qu’investisseur, vous pouvez demander le statut LMNP ou Loueur meublé non professionnel.

 Identifier les avantages fiscaux de la location meublée non professionnelle

En jouissant du statut LMNP, vous profitez de plusieurs avantages fiscaux. Vous bénéficiez d’une alternative entre le régime fiscal micro BIC (Bénéfices industrielles et commerciaux) ou le régime fiscal réel. Dans le premier cas, il n’y a que la moitié de vos recettes qui sont imposées. Dans le second cas, vous pouvez décompter la somme réelle de vos charges de vos revenus fonciers. Vous pouvez également amortir votre logement, votre électroménager et votre mobilier sous quelques conditions. Il faut cependant souligner que la LMNP ancien ou neuve est automatiquement classée dans le régime fiscal du micro-BIC (sauf si vous demandez le régime fiscal réel).

Après la déclaration LMNP des revenus au régime fiscal réel, il faut reporter le résultat fiscal sur votre déclaration annuelle de revenus. L’opération s’effectue via le formulaire 2042 C Pro. Là encore, l’intervention d’un avocat fiscaliste ou d’un comptable est nécessaire pour faciliter les démarches. À l’issu de la déclaration LMNP, vos déficits seront imputables uniquement sur vos revenus non professionnels sur une durée de 10 ans. En d’autres termes, l’exonération d’impôt sur le revenu sera uniquement effective après 22 ans de détention du logement meublé. Après 30 ans de détention, l’exonération sera totale (sur l’impôt sur le revenu et sur les prélèvements sociaux).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *